Romain SuJournaliste français correspondant en Pologne

revue de presse

Vu de Pologne. L’Ukraine reporte la signature d’un accord d’association avec l’Union européenne

Tags: , ,

Revue de la presse polonaise du 16 au 22 novembre 2013

Dans une actualité de la semaine pourtant riche en événements (conférence climatique COP 19, remaniement ministériel), c’est la décision surprise du gouvernement ukrainien de suspendre la signature d’un important accord d’association avec l’Union européenne qui a le plus retenu l’attention des media polonais. Il est vrai que l’Ukraine fait généralement l’objet d’une attention soutenue en Pologne, qui y voit non seulement un voisin immédiat lié à elle par l’histoire et la culture, mais aussi un terrain de lutte d’influence avec la Russie.

Lire la suite

Vu de Pologne. « Shutdown » de l’État fédéral américain

Tags: ,

Revue de la presse polonaise du 28 septembre au 4 octobre 2013

Aucun événement n’a cette semaine occupé une place prépondérante en Une des media polonais mais le ton inhabituellement critique des commentateurs politiques à l’égard des États-Unis victimes depuis mardi du shutdown du gouvernement fédéral retient l’attention. « Goujaterie et crétinisme politique » pour Gazeta Wyborcza, « gouvernements de clowns » selon Rzeczpospolita : malgré leurs différences de sensibilité, les deux grands quotidiens polonais ne masquent pas leur exaspération devant une « crise des finances publiques américains [pouvant] entraîner une nouvelle crise mondiale ».

Lire la suite

Vu de Pologne. Intervenir en Syrie ?

Tags: ,

Revue de la presse polonaise du 24 au 30 août 2013

L’attaque à l’arme chimique que le gouvernement de Bachar Al-Assad est soupçonné d’avoir perpétrée le 21 août dans la région de Damas a redonné de la vigueur à l’hypothèse d’une intervention militaire occidentale en Syrie. En effet, les pays qui s’étaient le plus engagés il y a deux ans en Libye – France, Royaume-Uni et États-Unis « par derrière » – s’étaient jusqu’ici efforcés de justifier le traitement différencié des deux dossiers par l’irréductible opposition de la Chine et de la Russie au Conseil de sécurité des Nations Unies, tout en fixant au régime syrien une « ligne rouge » à ne pas franchir : l’utilisation massive d’armes chimiques.

Or, cette ligne semble à l’évidence avoir été dépassée le 21 août avec une opération qui a coûté la vie à une centaine de personnes dans une guerre civille déjà cause, depuis le printemps 2011, de cent mille morts et de quatre millions de déplacés. Si les inspecteurs de l’ONU confirment la responsabilité du régime de Bachar Al-Assad dans ce « massacre chimique », il deviendra très difficile pour les puissances occidentales de rester passives sans perdre en crédibilité aux yeux de la communauté internationale.

Bien que la Pologne considère la Syrie avec beaucoup de distance, sa place au sein de l’Union européenne et de l’OTAN l’obligent à prendre position sur l’éventualité d’une intervention militaire. Une position clairement exprimée par le Premier ministre Donald Tusk mercredi à la Diète : « Je ne partage pas la conviction ou l’enthousiasme de ceux qui estiment qu’une telle intervention produira les effets ou les résultats espérés. […] Notre expérience de cette région du monde montre que les interventions militaires, même animées des intentions les plus nobles et les plus évidentes, produisent rarement le résultat recherché. »

Lire la suite

Nicolas Sarkozy officiellement candidat à la présidentielle

Tags:

Revue de la presse française du 11 au 17 février 2012

Ce n’était certes pas une surprise, mais l’événement n’en demeurait pas moins attendu et abondamment débattu par les commentateurs politiques français : quand et comment le chef de l’État allait-il annoncer qu’il était candidat à sa propre succession ? peut-il de la sorte redresser les sondages d’intention de vote, qui le donnent pour le moment très largement perdant ?

Le terrain des valeurs, défriché la semaine précédente par le ministre de l’Intérieur Claude Guéant, a également servi de premier tremplin pour Nicolas Sarkozy. Dans un long entretien accordé au Figaro Magazine, il a notamment exprimé son intention de recourir davantage au référendum, un outil dont il n’a jusqu’à présent jamais fait usage mais qui est en France très fortement associé avec la présidence du général de Gaulle. Pour Nicolas Sarkozy, le peuple serait notamment amené à s’exprimer directement lorsque l’opposition des corps intermédiaires serait trop forte ou, dans le cas du durcissement des règles d’indemnisation des chômeurs, lorsque des questions particulièrement sensibles liées par exemple au système de la Sécurité sociale seraient en jeu.

Après quelques jours d’émulsion, il a fini par lâcher mercredi soir devant les caméras de télévision de TF1 un « oui, je suis candidat à l’élection présidentielle ». L’annonce aurait été suivie par plus de dix millions de téléspectateurs, c’est-à-dire plus que la moyenne d’audience à l’heure du traditionnel journal de 20 heures mais moins que l’émission spéciale consacrée à la crise de l’euro, suivie par près de dix-sept millions de personnes. Le chef de l’État devrait par la suite entrer véritablement en campagne et déployer les instruments classiques pour ce marathon : un quartier général, un livre programmatique et de nombreux déplacements destinés à renouer le contact avec les Français après cinq ans d’isolement dans la tour d’ivoire de l’Élysée.

Outre les éventuels effets sur les chiffres des intentions de vote, la déclaration de candidature est importante pour que soient mieux distinguées les activités qui relèvent de l’exercice du pouvoir et celles liées à la campagne électorale. Les récentes propositions du chef de l’État étaient il est vrai à cheval entre réformes de fin de mandat et promesses électorales, un flou que n’a pas manqué de relever l’opposition. La commission des comptes de campagne vient à ce titre d’être saisie pour la seconde fois pour « utilisation des moyens de l’État à des fins de campagne électorale », via par exemple le financement des visites en province ou la présence dans les media de masse, normalement réglementée pour assurer un minimum d’équité entre les candidats. Si le pouvoir en place dispose de ce point de vue d’un avantage important sur les challengers, le revers en est le bilan et d’après les enquêtes d’opinion, le handicap est loin d’être négligeable.

Articles phares :
– Le Figaro, Sarkozy sur la rampe de lancement, Charles Jaigu, 13 février 2012 ;
– Le Figaro, Hollande dénonce les comptes de Sarkozy, François-Xavier Bourmaud, 14 février 2012 ;
– Le Parisien-Aujourd’hui en France, Peut-il encore gagner ?, Didier Micoine et Henri Vernet, 15 février 2012 ;
– Le Figaro, Le credo du président-candidat, Charles Jaigu, 16 février 2012 ;
– Le Figaro, Les secrets d’une déclaration, Solenn de Royer et Charles Jaigu, 16 février 2012 ;
– Libération, Une histoire de petites annonces, François Wenz-Dumas, 16 février 2012.

Version PDF : Nicolas Sarkozy officiellement candidat à la présidentielle

Lire la suite

Polémique autour des propos de Claude Guéant

Tags:

Revue de la presse française du 4 au 10 février 2012

Après la relative « technicité » des propositions du président de la République, principalement d’ordre économique, l’appareil de campagne du probable candidat à sa succession porte le fer sur un autre terrain : celui des valeurs. Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant, très proche de Nicolas Sarkozy pour l’avoir longtemps servi comme directeur de cabinet puis secrétaire général, a donc accepté d’endosser le mauvais rôle et de donner des gages à la frange la plus à droite pour permettre au chef de l’État de jouer la carte modérée et centriste, conformément à sa stratégie de représidentialisation.

Devant des membres du syndicat étudiant UNI (Union nationale inter-universitaire, très marqué à droite), Claude Guéant a déclaré samedi que « contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. » Parmi les points de distinction, il a notamment évoqué « l’humanité », « la liberté, l’égalité et la fraternité » contre « la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique » et a conclu en appelant à « protéger notre civilisation ».

Au pays du célèbre anthropologue Claude Lévi-Strauss, ces propos ont généré un profond malaise jusqu’au sein même de l’UMP, dont certains responsables se sont distanciés du ministre de l’Intérieur. Claude Guéant a cependant réaffirmé le lendemain sa pensée, qu’il tient « de bon sens » et « d’évidence », et a accusé la gauche de « promouvoir le nivellement des valeurs » au profit du « multiculturalisme » et des « communitarismes ». Selon le ministre, ces idées entrent en contradiction avec les « valeurs républicaines » qui doivent « prévaloir pour tous ».

Malgré la polémique qui a entouré cette hiérarchisation de fait des civilisations, Claude Guéant a reçu l’appui de Nicolas Sarkozy. Interrogé à la télévision lundi soir, il s’est également référé aux inégalités entre hommes et femmes pour qualifier comme de « bon sens » la supériorité de certaines civilisations sur d’autres. D’aucuns y ont vu une grossière allusion à l’islam et ont demandé des explications, par exemple le président du Conseil français du culte musulman Mohammed Moussaoui.

Si Claude Guéant n’en est pas à ses premières provocations médiatiques, rarement l’écho en a été aussi puissant au point de faire trembler les murs de l’Assemblée nationale. Le député de Martinique Serge Letchimy (opposition) a en effet dénoncé « une injure faite à l’homme » et a rappelé que ces mêmes civilisations tenues pour supérieures par le ministre de l’Intérieur avaient engendré « le régime nazi » et « les camps de concentration ». Les membres du gouvernement ont alors décidé de quitter la salle en signe de protestation, une première sous la Ve République et certainement une preuve supplémentaire de la polarisation du débat politique français.

Articles phares :
– Le Figaro, Guéant : « J’ai tenu des propos de bon sens et d’évidence » (entretien avec Claude Guéant), Sophie Huet, 6 février 2012 ;
– Le Parisien-Aujourd’hui en France, La controverse Guéant, Didier Micoine et Nathalie Segaunes, 6 février 2012 ;
– Le Parisien-Aujourd’hui en France, Un habitué des phrases chocs, 6 février 2012 ;
– Le Figaro, « Civilisations » : le soutien de Sarkozy au ministre de l’Intérieur, François-Xavier Bourmaud, 7 février 2012 ;
– Libération, L’Élysée adoube le croisé Guéant, Alain Auffray, 7 février 2012 ;
– Le Figaro, Un élu de gauche enflamme l’Assemblée, Sophie Huet, 8 février 2012.

Version PDF : Polémique autour des propos de Claude Guéant

Lire la suite

1 2 3 6